«

»

Déc 09

La CGT de l’Assemblée nationale fête ses 40 ans !

C’est avec beaucoup de plaisir et une foule de bons souvenirs en commun que les militants du SPAN-CGT ont fêté les 40 ans de leur syndicat ce mardi. Ce fut aussi l’occasion de rendre hommage à celles et ceux qui, par leur action déterminée, ont construit un syndicat de luttes, utile à tous les personnels de l’Assemblée.

Un grand merci, en particulier, à Monique Canetti et Marcel Bel, pionniers de notre syndicat, et à Andrée Galataud, notre première élue et porte-parole des moments difficiles.

Une lutte pour le respect des droits de TOUS les personnels

La CGT est implantée de longue date à l’Assemblée, puisqu’elle était déjà active avant la création du SPAN-CGT parmi les personnels de la régie des bâtiments. Le SPAN-CGT est né d’une convergence de luttes à l’Assemblée à la suite de l’éclatement du Syndicat du personnel en 1974.

Résistant à la tentation des syndicats catégoriels, dont plusieurs ont été alors créés, le SPAN-CGT a d’emblée mis l’accent sur l’unité du statut et sur la nécessité d’intégrer tous les personnels concourant au fonctionnement de l’Assemblée dans sa fonction publique.

Et les premières victoires ne se sont pas fait attendre ! Dès 1979, intégration des personnels de la régie, intégration des personnels des restaurants – qui étaient privatisés – et d’autres personnels techniques, recrutement par concours des agents, application à l’Assemblée de nombreux droits existants dans les autres fonctions publiques…

L’unité du statut : un combat toujours d’actualité

Depuis une dizaine d’année, les remises en cause du statut se multiplient. Les effectifs diminuent et une part croissante des personnels concourant au fonctionnement de l’Assemblée est recrutée par voie contractuelle et, ainsi, précarisée. Chaque régression frappe les nouveaux entrants, émiettant les droits selon l’année de recrutement, tandis que les externalisations tendent à devenir la règle. Les conditions de travail restent un sujet largement tabou, et l’absence de compétence du CHS pour en traiter (ce n’est pas un CHSCT) n’arrange pas la situation…

C’est pour cela que la lutte continue. Pour le respect des acquis injustement remis en cause et pour la conquête de nouveaux droits ! Sorti renforcé des dernières élections syndicales, le SPAN-CGT continuera d’être de tous les combats, à l’Assemblée comme en solidarité avec les autres travailleurs.

Pour en savoir plus sur le SPAN-CGT, voir la rubrique « Histoire ».